Communiqués

Dernières nouvelles importantes

  • Pétition : Interdisons la pêche du saumon en eau douce

À l’attention de M. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire

Alors que le saumon est classé dans la liste rouge des espèces menacées et fait l’objet de nombreux plans de protection, plusieurs bassins autorisent encore sa pêche de loisir en France. Cette pratique n’a plus lieu d’être, d’autant qu’elle frappe l’animal sur le chemin de sa difficile reproduction en eau douce. Les signataires demandent à M. Nicolas Hulot de prononcer l’interdiction de toute pêche au saumon en estuaires et cours d’eau français.

Interdisons la pêche du saumon en eau douce http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/interdisons-peche-saumon-eau-douce/36119  via @mesopinions_com

Nature et environnement – Signez la pétition : Interdisons la pêche du saumon en eau douce

  • Continuité écologique: « nous nous sommes trompés » !

    C’est le constat honnête d’un politique ;  ce sont aussi les recensions précises et concordantes de scientifiques… et de l’OCE. La table ronde du 23 novembre 2016 à l’Assemblée nationale pourrait éclairer une autre lecture du concept de la continuité écologique. Elle ne renversera pas brutalement la balance, mais le curseur scientifique pourrait enfin être considéré, après un martelage manichéen depuis 10 ans sur ce qui est prétendument bon ou mauvais pour les espèces piscicoles, la biodiversité et les écosystèmes. Les politiques ont été désinformés:

     

 

  • sur les mauvaises cibles présumées coupables de dégrader la qualité des masses d’eau,
  • sur le dévoiement de la loi qui expose que tout ouvrage doit être ‟géré, entretenu, équipé”. Le législateur n’a jamais préconisé leur destruction, C’est pourtant la priorisation administrative, encouragée financièrement (à très mauvais escient) par les Agences de l’eau,
  • sur des bases scientifiques lacunaires fondant le concept de la continuité écologique,
  • sur les considérants intellectuellement malhonnêtes de l’ONEMA,
  • sur la loi qui fait grief : l’exemple de l’alose est symptomatique d’une dérive intellectuelle faisant porter une charge financière spéciale et exorbitante aux propriétaires d’ouvrages,
  • sur la légitimité de faire peser une charge exorbitante prétendant œuvrer pour des peuplements piscicoles artificiels résultant d’empoissonnements,
  • sur la réelle nature des MES (matières en suspension), provenant des pratiques agricoles pédologiquement très érosives, La turbidité de l’eau serait-elle d’un bon apport « sédimentaire »? Rien n’est moins sûr, car si la terre a besoin d’eau, la mer n’a jamais eu besoin de terre,
  • sur la vision partiale de la biodiversité,
  • sur la restauration des habitats: si n’y a pas restauration de la qaulité de l’eau, ce sera peine perdue,
  • sur les autres facteurs  qui doivent absolument prendre en compte les dimensions symboliques, historiques, culturelles, sociales, économiques et patrimoniales des cours d’eau,
  • sur l’absence de considération des multifonctionnalités des aménagements; sur la priorisation à l’aveugle et circonstancielle des interventions,
  • sur l’efficience des dépenses publiques,
  • sur l’absence d’indicateurs robustes et de suivi remplacés par un simple autosatisfécit,
  • sur l’absence totale de démocratie dans la pyramide décisionnelle
  • et…sur le fait que FNE dicte sa loi à la DEB.

Que fait-on d’un tel réquisitoire?  Nier tout en bloc ou point par point, ne serait pas crédible, sauf à produire les études scientifiques robustes que nous réclamons depuis 10ans.
La vidéo compète de la séance (durée 2h45mn) est disponible ci-dessous
(Vous pouvez sélectionner l’intervenant de votre choix en cliquant sur les noms à droite de la vidéo.)

  • Présentation du documentaire enquête La Digue, sur la destruction en cours des seuils et des petits barrages des rivières de France

    Enquête documentaire réalisée par StudioLes Docs du Nord – Virginie Mailles Viard et Vincent Barthe

    Dans les Pyrénées Centrales, au Sud de la France, quelques propriétaires de moulins ou de digues, individus privés ou petites mairies, ont reçu un courrier les invitant à envisager la destruction de leur chaussée au nom de la continuité écologique.
    Les commanditaires sont des administrations: ONEMA, DDT ou Agence de l’eau et fédération de pêche.

    Mais ici ces destructions ne coulent pas de source.
    Détruire pour qui? Pourquoi?
    Ce qui se passe en concentré sur ce petit territoire est en train d’advenir dans l’ensemble du pays. La continuité écologique est déjà depuis quelques mois la source de nombreux conflits juridiques.
    C’est peut-être une des plus grandes aberrations administratives depuis le remembrement et la destruction de masse des haies dans toute la France.

    Toutes les informations sur ce site : https://www.facebook.com/EnqueteLaDigue

  • Réclamons un moratoire sur la continuité écologique

    P1000239Depuis 10 ans, l’Etat français s’est mis en tête de détruire le plus grand nombre de seuils et barrages des rivières de France, avec la complicité des Agences de l’eau. Non seulement les autorités et gestionnaires de l’eau ne parviennent pas à tenir leurs engagements de bon état des masses … Lire la suite…

     

 

 

  • Les Propriétaires Indignés des petites écluses d’anciens moulins de Gironde et de France.

    Lettre ouverte à toutes les Instances Nationales, Régionales Départementales de l’Ecologie, aux Acteurs de l’Eau, à tous les Parlementaires et à la Commission Européenne.
    ou Plaidoirie pour les petites écluses de nos anciens moulins, accusées de manquement à la continuité écologique.
    Lire la lettre complète en cliquent le lien ci-dessous.
    Lettre ouverte

  • Pétition pour l’amendement de la LEMA (Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques) !

    M. Rémy Pointereau :
    Le principe de continuité écologique des cours d’eau, issu de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques, dite Lema, implique la libre circulation dans les cours d’eau des espèces et des sédiments. Depuis plusieurs mois, ce principe est remis en cause par l’Association pour la défense et le développement touristique du Cher, qui a lancé une pétition. Je m’en fais le porte-voix. Ses arguments sont techniques et juridiques, le combat est économique …Lire la suite sur « toncanal-patrimoine;com » ici:
    http://www.toncanal-patrimoine.org/spip/spip.php?article256
    Signez la pétition ici:
    http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2014N46133

  • Acteurs de l’eau, attachés au patrimoine des cours d’eau, producteurs d’énergie propre et renouvelable, promoteurs

    du tourisme et des loisirs respectueux de la nature, propriétaires de moulins, propriétaires ruraux riverains d’un cours d’eau… subissons tous les effets pervers d’une loi mal ficelée, permissive, voire pernicieuse, qui ouvre la porte à tous les abus, à toutes les agressions dont nous sommes les témoins et souvent les victimes.
    Unissons-nous pour faire entendre nos voix en signant massivement cette pétition !
    Pétition Pourquoi amender la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA)?

  •  Continuité écologique : (Lire sur le site de l’OCE)

pas d’aménagement sans information préalable et sans procédure contradictoire